Formation : ATAO renforce son partenariat avec Babel44

Retour à la liste S'abonner à la newsletter
Publié le mardi 24 août 2021

Entre mars et juillet 2021, dix salariés en insertion des ateliers et chantiers d’ATAO, à Nantes, ont bénéficié de cours de Français Langue Etrangère (FLE) animés par Babel44. Cela représente 150 heures de cours et une opportunité pour les salariés de renforcer leurs compétences au sein d’ATAO.

 
La formation, une mission majeure pour favoriser l’insertion
ATAO, entreprise sociale apprenante, mène cinq missions. D’abord employeur, elle assure également des missions de production, de développement local et partenarial, d’accompagnement et de formation. Son objectif est de permettre l’inclusion de personnes en difficulté sociale et professionnelle à travers huit ateliers et chantiers œuvrant sur différentes filières professionnelles. Elle développe également une action de dynamisation.
Elle accueille des personnes qui rencontrent des freins particuliers d’accès à l’emploi, dans le cadre d’un parcours d’en moyenne seize mois. Celles-ci sont orientées par des prescripteurs identifiés tels que Pôle Emploi et Unité Emploi pour les personnes inscrites dans le dispositif Revenu de Solidarité Active (RSA), la Mission Locale pour les jeunes, le Plan local pour l'insertion et l'emploi (PLIE) pour les demandeurs d’emploi de longue durée et CAP emploi pour les personnes ayant une reconnaissance de « travailleur handicapé ».
 
Les problématiques rencontrées peuvent aisément amener les personnes en difficulté socio-professionnelle à abandonner leur projet d’insertion. Parmi les causes récurrentes, nos professionnels remarquent notamment la persistance d’importantes difficultés linguistiques rencontrées par un nombre croissant de salariés. Face à ce constat, ATAO propose à ses salariés en insertion des cours de FLE par divers canaux : programmes départementaux ou régionaux, organisation de sessions entre chantiers d’insertion, etc.
En mars 2021, ATAO décide de diversifier son offre de formation : « Il est devenu nécessaire d’offrir davantage de flexibilité dans le calendrier, le programme des cours et de renforcer le suivi » explique Virginie Gorson-Tanguy, responsable accompagnement-formation qui décide alors de contacter les organismes de formation. C’est Babel44 qui répond à ce besoin : « Avec Babel44, la prestation est sur-mesure, c’est une formidable valeur ajoutée. Les formatrices se déplacent sur nos sites. En amont, celles-ci ont visité nos chantiers afin de s’imprégner de la culture d’ATAO et s’adapter à la réalité vécue par les salariés en insertion. La relation directe entre nos deux organismes facilite le suivi notamment avec les accompagnatrices socio-professionnelles. Celui-ci a lieu avec les deux formatrices de l’organisme qui assurent les cours pour des groupes de dix salariés en parcours d’insertion à ATAO » ajoute Virginie.
 
 
Revaloriser les expériences et les compétences des personnes
Deux fois par semaine, dix salariés en insertion d’ATAO se rendent donc aux cours de français donnés par Babel44. Ils bénéficient d’environ neuf heures de cours hebdomadaires, en fonction de leur niveau : « La première séance est une petite évaluation de positionnement pour vérifier s’ils sont bien dans le cours adapté à leur niveau, que ce soit A1 ou A2 » explique Clarisse Julienne, formatrice à Babel44.
Arrivé en France il y a sept ans, Silvano est originaire d’Angola et a intégré le chantier Métallerie lorsqu’il est entré chez ATAO. « Le français c’est compliqué, j’ai l’impression qu’il y a des nouveaux mots tous les jours », dit-il amusé mais déterminé à le maitriser.
Ces cours de français ont une première visée personnelle, afin de permettre aux salariés de regagner confiance en eux. « Plus ils connaissent le français, plus ils avancent et prennent confiance » souligne Clarisse. La formation est alors un moyen de faire prendre conscience à chacun de ses capacités, en termes de savoir-être et de savoir-faire. « On voit beaucoup de personnes qui arrivent et qui se sous-estiment car elles ne sont pas françaises », explique Clarisse, « on apprend à chacune à revaloriser la personne qu’elle est aujourd’hui et celle qu’elle était avant. Certaines ont peur de parler de leurs expériences précédentes, celles qu’elles ont pu connaître dans leur pays. On leur donne les clefs pour qu’elles puissent les mettre en valeur ».
 
Des cours de Français Langue Etrangère à finalité professionnelle
Après avoir regagné confiance, les personnes participantes aux cours peuvent se repositionner sur leur projet professionnel « c’est bien une formation à finalité professionnelle donc on y parle de projets et de qualités professionnels, ainsi que de CV. » insiste Clarisse.  
Originaire du Soudan, Majed est salarié polyvalent au sein de l’atelier Menuiserie d’ATAO depuis octobre 2020. Il suit les cours de FLE depuis trois mois et remarque un réel progrès dans sa compréhension du français, notamment dans son parcours professionnel chez ATAO. « Avant, sur le chantier, il était compliqué de comprendre les consignes de mon chef. C’est plus facile depuis que je suis les cours. ». Clarisse le confirme : « La formation les aide aussi dans leur fonction actuelle, beaucoup de salariés d’ATAO souhaitent poursuivre celle qu’ils exercent déjà. La formation leur permet d’acquérir un vocabulaire adéquat pour exercer le métier qu’ils apprennent, mais aussi pour chercher du travail par la suite. » Ainsi, pour Majed qui souhaite poursuivre une formation de menuisier, ces cours s’inscrivent directement dans le projet qu’il construit.
 
Cette expérience très positive, Virginie projette de la renouveler : « Nous souhaitons développer la relation avec Babel44 pour mettre en place un nouveau groupe à l’automne 2021. L’un des objectifs est également de proposer un cours de niveau B1 pour les personnes qui poursuivent l’apprentissage amorcé et pour celles qui ont déjà des connaissances en français. Bien entendu, nous continuons à mobiliser les autres offres existantes, dont la participation aux sessions organisées entre structures d’insertion. Il y a encore beaucoup à faire afin de permettre l’accès à l’emploi des personnes allophones* ! ». 

*Personne dont la langue maternelle est une langue étrangère, dans la communauté où elle se trouve.