Le Bellestre, un chantier d'envergure

Retour à la liste S'abonner à la newsletter
Publié le jeudi 26 novembre 2020

Depuis octobre 2019, salariés polyvalents et permanents du pôle Aménagement d’ATAO travaillent sur un projet d'abri à vélos pour le Département de Loire-Atlantique afin d’équiper le collège Le Bellestre situé à Bouaye. Un formidable travail collectif a été réalisé sur six conteneurs : découpe, soudure, peinture ! Le convoi exceptionnel a transporté l'équipement depuis le pôle Aménagement sur l'Île de Nantes jusqu'au collège.
Rendez-vous fixé le samedi 20 juin, à 8h30, sur le pôle Aménagement où se situent les ateliers Menuiserie et Métallerie pour suivre cet événement exceptionnel.



Des salariés polyvalents aux parcours très divers


Les trois salariés permanents s’affairent pour guider les transporteurs qui livreront l’équipement de près de deux tonnes sur le site. Les six conteneurs ont été collectés sur les chantiers navals de Saint-Nazaire par ATAO qui s’inscrit dans une logique d’économie circulaire. Cinq salariés polyvalents qui ont contribué au chantier sont également présents et observent avec satisfaction le travail accompli : "J’ai participé à couper les parois extérieures des conteneurs pour créer des ouvertures, et à poser des renforts. J’ai également ajouté des tubes pour installer les lumières. Sur les charpentes, je me suis chargé de la soudure et de la peinture. Il y a eu des péripéties mais quand je vois le résultat final, je suis très content !" confie Quentin, salarié polyvalent arrivé en novembre 2019 à ATAO.

Ousmane, entré dans le pôle Aménagement la même année, découvre une nouvelle activité car il est surtout habitué au travail de carrosserie ! En effet, la soudure, c’est dans le secteur automobile qu’il l’a expérimentée : "Je suis très heureux car ici j’ai appris à souder sur de la métallerie".

Alsadig, lui est sahélien, et aussi accompagné par ATAO depuis novembre 2019 : "Sur le chantier, j’ai coupé, soudé et peint. Nous avons travaillé à partir du plan, en équipe de neuf ou dix personnes et parfois en autonomie. Ce que je préfère, c’est la soudure ! Lors des finitions, j’ai également trouvé que la peinture était magnifique".

Le parcours de Paul-Albert est bien différent. Ce jeune homme de 23 ans est entré sur le chantier Métallerie début janvier 2020 et a lui aussi participé à la fabrication de l’abri à vélos : "A mon arrivée, j’ai contribué à ouvrir certains conteneurs avec un lapidaire de plus de 5kg. Je me suis également occupé du retrait de la rouille à la meuleuse. Dans la chaudronnerie, j’aime beaucoup travailler en équipe. Avec mes collègues, j’ai protégé les numéros inscrits sur les conteneurs lors de l’étape de la peinture car nous souhaitions les conserver pour valoriser l’esthétique industrielle". Et Paul-Albert s’y connaît en art. Fils de professeur à l’école des Beaux-Arts, il souhaite embellir des objets pratiques grâce à des petites statuettes décoratives. Il fabriquerait lui-même ces statuettes. "En effet, j’adore le travail de minutie, porter une attention au détail et créer un objet impeccable me stimule", s’enthousiasme-t-il.



Un chantier d’envergure, valeur ajoutée sur un CV, 8000 heures d’insertion à la clef

C’est Sidoine, dessinatrice-projeteuse du bureau d’étude d’ATAO et salariée permanente, qui met toute son expertise en oeuvre pour élaborer les plans. Sur le même projet, Alsadig, lui, développe son expertise. Il a déjà acquis des compétences lors de précédentes expériences dans son pays natal. Pourtant, celles-ci ne suffisent pas pour travailler en France car une personne migrante doit présenter une première expérience française afin d’obtenir un emploi.
C’est là qu’intervient ATAO. Grâce à son équipe d’encadrants techniques, pédagogiques et sociaux (ETPS) et d’accompagnatrices socio-professionnelles, les salariés polyvalents d’ATAO sont formés et accompagnés dans leur chemin vers l’emploi. "Le Bellestre, chantier à 160 000 euros pour ATAO fournit 8000 heures d’insertion et y contribuer apporte une valeur ajoutée considérable à un CV", se félicite François Pastre, Directeur d’ATAO.

Alsadig qui souhaite se former en électricité est décidé, il fera sa demande à ATAO. Paul-Albert, lui, cherche à acquérir plus d’expériences. Il a bien réalisé un stage de trois semaines en ferronnerie aux Machines de l’Île à Nantes, opportunité qui a fortement encouragé son appétence pour l’art industriel, mais il souhaite acquérir les techniques de base de la chaudronnerie. C’est la Mission Locale qui l’a dirigé vers ATAO : "Avant de commencer mon parcours, j’ai rencontré Alann, l’encadrant Métallerie qui m’a parlé de la chaudronnerie et m’a donné envie de me former". Alann est ETPS Métallerie depuis novembre 2019. Il forme une dizaine de salariés polyvalents et gère en parallèle de cet important chantier, la réalisation des bancs, des fours, des encadrements de fenêtre, etc. Paul-Albert souhaite rester un maximum de temps à ATAO car l’ambiance est excellente, les encadrants apportent une aide très concrète sur l’apprentissage de tous les métiers de la chaudronnerienerie. Il aimerait aussi apprendre la soudure. Il souhaite poursuivre son projet professionnel dans la chaudronnerie et essayer de monter son activité « d’artiste industriel » en indépendant, dans une dizaine d’années.



Un projet multi-partenarial

Le chantier Le Bellestre a demandé beaucoup de coordination avec l’architecte et le bureau d’étude ainsi que l’entreprise de terrassement, raconte Davy, ETPS Menuiserie : "Nous avons attendu que le terrassement soit effectué pour obtenir les cotes finales des pergolas en bois. Les salariés polyvalents de l’atelier Menuiserie les ont ensuite réalisées en un temps record ! Et Alann d’ajouter "qu’il a fallu se rendre sur le site une semaine avant l’installation des conteneurs pour réaliser le marquage au sol, le samedi, afin de ne pas perturber les élèves et d’éviter le trafic".
En effet, c’est un convoi exceptionnel qui a transporté l’équipement que les salariés polyvalents ont accompagné : "C’est important qu’ils soient présents aujourd’hui pour prendre conscience de l’envergure du travail qu’ils ont effectué. C’est un super projet, quand nous l’aurons terminé, nous serons très fiers !" se réjouit Alann.
Cette fierté, Nathalie Esseau, du Département de Loire-Atlantique la partage : "ATAO s’est positionnée sur l’appel d’offre et elle a remporté le marché. Il faut dire qu’elle est une des rares entreprises à avoir le savoir-faire de l’aménagement de conteneurs".
Le chantier s’est terminé en septembre 2020 avec la pose des «U» pour les rangements à vélos, la  rénovation des casiers, la mise en place de l’électricité, et l’installation de la charpente. "L’espace est fonctionnel, polyvalent et agréable. L’équipement est pleinement opérationnel et les élèves en sont très contents !", témoigne David Dannequin, Principal du collège Le Bellestre.