ATAO a 20 ans : un engagement de présidente

Retour à la liste S'abonner à la newsletter
Publié le jeudi 29 août 2019

A l'occasion de ses 20 ans, ATAO a demandé à Nicole METAYER JAMET, membre du Conseil d'Administration et ancienne présidente d'ATAO, de nous parler de son engagement.

 

Comment êtes-vous arrivée jusqu'à ATAO ?

En 2004, j'étais venue faire réparer un fauteuil à l'atelier Réfection de Siège (ndlr : cet atelier n'existe plus depuis 2005), je suis donc devenue adhérente à l'association. En tant que telle, j'ai été conviée à l'Assemblée Générale de l'association et me suis présentée pour devenir bénévole au Conseil d'Administration. A l'époque Xavier Rondot  en était le président.

Quand êtes-vous devenue présidente du CA ?

En 2010. J'étais fraichement retraitée, j'avais donc plus de temps à consacrer à cet engagement. Je me suis portée volontaire lorsque le président précédent, Xavier Boutin, n'a pas renouvelé son mandat. J'avais toutefois des doutes sur ce que je pourrais apporter à l'association, car le milieu de l'insertion par l'économie était nouveau pour moi. Pourtant, grâce à mon parcours professionnel dans le secteur médico- social et dans la formation pour adultes en reconversion professionnelle, j'étais décidée à m'engager. J'ai toujours pris cette mission à cœur, portée par des projets sérieux pour pérenniser Atao.

Quels étaient ces projets ?

J'ai toujours travaillé en équipe, et j'ai voulu développer cet esprit collectif dans l'association. Ainsi, en étroite collaboration avec le directeur, il a fallu repenser l'organisation, mettre en place de nouvelles procédures, formaliser, professionnaliser les façons de travailler, ce ne fut pas un long fleuve tranquille ! Mon souhait : remettre le salarié polyvalent au cœur de son parcours et en faire un vrai citoyen, en créant un pôle insertion à part entière. Il était également indispensable de redéfinir la mission du Conseil d'Administration. Tout cela pour faire rayonner et reconnaître Atao sur le territoire… La professionnalisation d'ATAO devait passer là. C'est pendant mon mandat que nous avons recruté le directeur actuel d'ATAO, François Pastre, et je n'ai jamais regretté mon choix.

Qu'est-ce qui vous animait ?

Travailler avec les membres du Conseil d'administration en qui j'avais une grande confiance et sur lesquels je me suis beaucoup appuyée. Et puis j'aimais beaucoup aller à la rencontre des salariés polyvalents sur les chantiers, ils ont toujours plein de choses à nous montrer, à nous raconter. C'est pour eux que nous sommes là ! Donner un sens à sa vie est bien là l'essence même de cet engagement.

Un moment fort ?

Il y en a beaucoup ! Je garde par exemple un excellent souvenir de Vélocity en 2015 : nous participions à l'événement à la Cité des Congrès et nous avions accueilli des visiteurs sur notre site Parc de Chantiers. C'était un moment important, une ouverture vers l'extérieur, cela a permis à Atao d'être mieux connu. Et aussi la réflexion collective autour de la RSE, et tant d'autres sujets…

Vous passez le relais en 2018 ?

Oui en 2018. Je suis toujours membre du Conseil d'Administration chez ATAO : impossible de quitter cette association dans laquelle je me sens bien et dont j'apprécie beaucoup l'équipe, engagée et professionnelle ! Et désormais je représente Atao à la Commission Locale d'Insertion de Nantes Nord, ainsi qu'au sein du collectif du Conseil Citoyen de Nantes Nord.