L’Action de Dynamisation d’ATAO au Printemps des Fragilités !

Retour à la liste S'abonner à la newsletter
Publié le vendredi 23 juillet 2021

Le lundi 28 juin 2021, l’Action de Dynamisation (AD) d’ATAO a ouvert ses portes dans le cadre du « Printemps des fragilités », entre 10h et 16h, rue Samuel de Champlain à Nantes. Après des semaines de préparation pour l’évènement, les volontaires de l’AD accompagnées de Charlotte Wuillai, l’encadrante technique, pédagogique et sociale se tiennent prêtes pour accueillir les visiteurs dans leurs locaux. Une journée marquée par le partage des expériences de vie, la célébration des fragilités et la convivialité.

ATAO, entreprise sociale apprenante, a pour objectif de permettre l’insertion de personnes en grande difficulté sociale et professionnelle à travers huit chantiers œuvrant sur des filières professionnelles variées. Elle met aussi en œuvre un accompagnement personnalisé et professionnel pour chacun des salariés qui comporte un parcours de formation pratique et technique ainsi qu’une aide socio-relationnelle. L’association déploie également une Action de Dynamisation, « c’est un lieu d’échange et de remobilisation des compétences, via différentes activités » décrit Charlotte. Ainsi, cela permet aux personnes de se retrouver deux journées par semaine et d’effectuer des activités variées (ateliers textiles, plastiques, de petite menuiserie), de sortir de l'isolement, de retrouver de l'autonomie et de créer du lien social. Il est possible d'y participer pendant deux ans en tant que volontaire. Douze personnes peuvent en bénéficier, avec entrées et sorties permanentes tout au long de l’année. Cette étape peut précéder l’entrée sur l’un des chantiers ou ateliers d’ATAO.


Un moment de partage pour valoriser les créations des volontaires de l’AD
Dès l’entrée dans les locaux de l’Action de Dynamisation, des couleurs vives sur les murs et de la musique rendent l’atmosphère conviviale. Les volontaires de l’AD ont investi les lieux avec leurs créations des derniers mois. On y retrouve les plats de Rasha, une des volontaires, qui sert aux visiteurs ses spécialités syriennes préparées durant le week-end avec Agnès, également volontaire à l’AD. Les volontaires présentent les nappes de jeux qu’elles ont créées avec l’Atelier Alisé ou encore les sorties organisées avec l’AD et que l’on retrouve en photographie sur les murs.

Ce sont près de trente personnes provenant entre autres de l’unité revenu de solidarité active (RSA), du département, du Centre communal d’action social (CCAS) de Nantes, de différents Espaces Départementaux des Solidarités, de Déclic Mobilité, et d’autres structures d’insertion telles que Alisé, Atelier Bricolage des Dervallières (ABD), ou encore la Brocante Verte, qui se sont succédées lors de cette journée. Un moment très important pour les bénéficiaires de l’AD, « on peut valoriser tout ce qu’on fait » témoigne Claudie, volontaire de l'AD. Chacune d’entre elles peut présenter les diverses activités et créations qu’elles ont pu réaliser mais aussi témoigner sur leurs parcours et leurs projets futurs. Pour certaines, la visite des locaux revêt une dimension plus personnelle, comme pour Jennifer dont les parents ont fait le déplacement pour l’occasion. Ainsi, celle-ci leur fait la visite des locaux en leur expliquant les projets auxquels elle a pris part.


Une journée de célébration des fragilités
C’est dans le cadre du festival « Printemps des Fragilités », qui a lieu du 19 juin au 3 juillet 2021 dans la région nantaise, que les Portes ouvertes de l’AD prennent place. Ce festival est un moment de célébration des fragilités et de l’humain, il permet de découvrir, via des événements, les actions des soixante associations du « Collectif Fragilités-Partage » qui y participent, dont ATAO. Pour Claudie, « la fragilité évoque un ensemble de choses, familiales, sociales, ça peut être de la violence, le chômage » et c’est justement ces fragilités dont s’empare l’AD. « On travaille sur les fragilités, les freins de chacun et chacune, avec le groupe pour avancer ensemble et les dépasser » explique Charlotte. « On est dans une dynamique d’ouverture et de collectif, c’est important de s’ancrer dans ce territoire nantais qui s’adresse à un certain public. Elle est aussi l’occasion de sortir certaines personnes de l‘invisibilité pour retourner vers cette force qu’on cherche à développer » poursuit-elle.

Des activités diversifiées et créatives pour remobiliser ses compétences professionnelles

« L’idée de l’Action de Dynamisation, c’est de sortir faire des activités avec d’autres personnes, explique Charlotte, on essaie de varier les activités et de diversifier, l’AD est un tremplin vers quelque chose d’autre donc on ne peut pas rester sur une seule activité. » En effet, comme en témoignent les bénéficiaires le fait d’effectuer diverses activités leur permet aussi de se projeter vers un parcours professionnel.

Pour Claudie, la couture est une affaire de passion, comme elle l’explique aux visiteurs. Elle aimerait pouvoir intégrer « Les femmes en fil », une association proposant des cours de couture plaisir-loisir mais aussi un atelier textile éthique et solidaire qui a pour vocation l'insertion sociale et professionnelle par le biais de la couture. Ces divers projets émergent aussi des nombreuses activités auxquelles les volontaires prennent part, telles que la fabrique de papier, la couture, la petite menuiserie. Il y a également des sorties, que ce soit des visites de Nantes, des ateliers « bricolage » sur le site de Transfert à Rezé ou de jardinage à la cour du Martray, l’AD est marquée par la diversité.

De plus, l’Action de Dynamisation permet aussi un croisement avec les différents chantiers d’ATAO. Le chantier Réemploi de jouets a, par exemple, recruté deux personnes de l’Action de dynamisation fin 2020. Les volontaires ont également pu créer un tablier pour l’atelier vélo du Pôle Mobilité, ou encore un fauteuil avec l’atelier Menuiserie du Pôle Aménagement. Pour Aminata, cela donne l'opportunité de « voir des choses qui nous apportent vraiment des connaissances, de permettre que l’on se lève le matin en sachant quoi faire de nos journées », elle qui est passionnée par la création et la décoration, se verrait bien intégrer l’atelier Menuiserie d’ATAO. Rasha, quant à elle, a pour projet de créer un petit marché ambulant afin de pouvoir mettre en vente ses plats, les portes ouvertes sont donc l’occasion pour elle de se faire une nouvelle expérience en lien avec son projet professionnel. « L’AD c’est actuellement un groupe composé de dix femmes toutes avec des projets, des parcours différents, c’est aussi ce qui en fait sa force » explique Charlotte. 

Comme l’exprime également Marie-Christine Pajon, du Centre d'information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF), présente lors de ces portes ouvertes, « L’Action de Dynamisation permet de sortir de chez soi et d’aller vers l’extérieur ». C’est pour cette raison que Charlotte mène, depuis quelques semaines, un nouveau projet avec la mise en œuvre d’un parcours « La Place des métiers » sur le pôle Mobilité d’ATAO. Ce parcours vise à faire découvrir des métiers aux bénéficiaires de l’AD, à échanger sur leurs aspects positifs et leurs contraintes, et enfin à comprendre les étapes pour arriver à un objectif professionnel et de formation.